Semaine 3 – Retrouver un Sentiment de Puissance

1 ~ La Colère

“[c]’est une carte qui pointe nos limites”

“La colère est l’orage qui signale la mort de notre ancienne vie”

Tout cela est sans doutes un peu vrai. Moi je suis plutôt du genre à la laisser s’échapper d’un coup cette colère. Mais de plus en plus, j’essaie de faire une place dans ma vie à ce que me disent tous ces messages de mon corps, tous ces petits sentiments de “je ne devrais pas tolérer ça”

2 ~ La Synchronie

Bien qu’ayant pas mal médité sur la question, elle soulève toujours des intérogations… et pourtant il faut bien que je me rende à l’évidence :

“fais attention à ce que tu demandes dans tes prières, tu pourrais bien l’obtenir” page 115

“le possible est beaucoup plus effrayant que l’impossible, […] la liberté est plus terrifiante que n’importe quelle prison” page 117

Toutes ces réflexions, je les mets en miroir avec celles que j’ai faites au cours de la semaine 2, notamment en ce qui concerne le mérite. Qui est lui-même lié au “ais-je le droit”. Et je passe bien plus de temps à me demander si j’ai le droit qu’à demander simplement et en toute franchise ce que je veux.

” le contenu du projet doit venir avant la manière de le réaliser. D’abord choisissez ce que vous feriez, en général, la manière se met en place toute seule.” page 121

C’est sans doutes cette phrase qui me hante depuis quelques jours. Pourtant j’ai toutes les preuves du fait que ça fonctionne. Chaque fois que j’ai demandé clairement j’ai obtenu. Et effectivement ça en devient presque effrayant.

Demander + obtenir = Responsabilité ?

Certainement. Oui. Engagement aussi. A faire de mon mieux.

3 ~ La Honte

” Produire une œuvre d’Art, c’est comme révéler un secret de famille” page 123

“Faire de l’Art expose une société à elle-même. L’Art met en lumière les choses. Il nous illumine.” page 123

“L’Art ouvre les armoires, aère les caves et les greniers. […] Il apporte la guérison.” page 124

Et en dehors de cette honte de ce que l’on fait, il y a aussi la honte de la souffrance. Julia Cameron parle de “désintérêt pour le travail commencé”. Passage qui m’a particulièrement touchée. J’ai déjà abordé l’un des aspects ici.  L’autre aspect je pense c’est celui d’avoir honte aussi d’être critiquée. Comme si je devais toujours faire profil bas. Que personne ne remarque rien. Il n’y a pas que la critique qui me blesse je crois.

“[…] critiques dévastatrices… dénigrent, rejettent, ridiculisent, condamnent. Elles sont souvent malveillantes, mais vagues et difficiles à réfuter.”

Des critiques vagues. Voilà qui résonne, et met des mots que je n’aurais pas mieux choisi sur pourquoi dans certains cas je suis incapable de me défendre, même au fond de moi-même. Oui. ce que l’on peut peut-être aussi habituellement appeler “des critiques faciles“.Peut-être que maintenant que j’ai mis le doigt dessus, elles perdrons de leur efficacité sur moi ?

Julia Cameron donne comme antidote… de s’aimer ! Et non pas de faire comme si “ce n’était pas grave”. Car effectivement la souffrance est réelle.

4 ~ Négocier avec les critiques

Autrement dit faire la différence entre la critique constructive, celle qui va faire avancer, celle qui va ouvrir de nouvelles voies, de nouveaux horizons, et la critique malveillante, celle qui démolie, sème le doute, donne l’envie de tout arrêter. Et qu’elles sont courantes ces critiques ! Je me souviens même de certains musiciens qui n’ont pas touché leur instrument pendant des mois après être allés à un stage avec un sois-disant maître du violon. Comment peut-on ainsi démolir des personnes qui viennent pour apprendre, qui paye un stage relativement cher pour progresser, et sont donc déjà conscient du chemin qu’il leur reste à parcourir ? Manque de pédagogie ? Je ne pense pas. Je crois aussi que certains se sentent exister en “gardant le contrôle”, peut-être parce qu’au fond d’eux même ils ne sont eux-même pas assez sur d’eux non plus. Ce qui n’excuse en rien de tels comportements.

La solution de Julia Cameron ?

La créativité est le seul remède contre les critiques.

Kesako Libérez Votre Créativité ? Un petit bouquin (ici chez Amazon) de Julia Cameron, format poche, pas cher, mais qui m’est déjà cher…

Un autre résumé de la semaine#3 chez Chry, ici.

Advertisements

Semaine 2 – Retrouver le sentiment d’identité – Part VI

J’avais beaucoup aimé l’exercice que Julia Cameron nomme la “Carte de Sécurité“. Moi il me fait penser à un exercice consacré au bouclier que je fais de temps en temps.

En prenant mon journal, j’ai eu envie d’en remettre une couche.

ArtJournal_Magic_Shield

Mais je ne suis pas entièrement satisfaite du résultat. J’aime les couleurs, mais je trouve que ce bouclier qui est sensé me protéger tout de même est curieusement tout léger comparé à son environnement. Il rayonne certes Mais j’aurai voulu qu’il est l’air plus épais.

A moins qu’il ne serve à rien de se barricader à ce point ?

En le regardant de nouveau, il me rappelle aussi l’exercice de la bulle rose décrit dans Visualisation Créatrice (Shakti Gawain). C’est un exercice que j’aime beaucoup faire et refaire : visualiser un souhait dans une bulle rose, et la laisser partir vers l’univers. Peut-être est-ce la raison de ce bouclier si léger…

Semaine 1 – Retrouver le Sentiment de sécurité – Part V

Suite et fin des exercices de la semaine 1 ! En fait ma semaine 2 est déjà bien entamée…

J’ai sauté l’exercice 5, faut dire que tous les faire, ça commence vraiment à prendre du temps

Exercice 6 – Voyage dans le Temps
Citer des personnes qui soutenaient votre amour-propre créatif.

Et bien ça paraît bête, mais j’ai eut extrêmement de mal à en citer même un seul. Et ce n’est pas faute d’avoir chercher pourtant. Peut-être est-ce parceque petite j’étais aussi plutôt douée à l’école, c’est plutôt ce que l’on retenait de moi. Pourtant, j’adorais déjà la musique et créer des choses; Danser. Peindre. Mais même si mes camarades eux trouvais toujours que mes dessins valaient le détour, ce n’est pas ce que mon entourage retenait de moi.

Exercice 7 – Voyage dans le temps II

Au départ, je pensais le zaper. Pas par manque de temps – je pensais d’ailleurs qu’il ne prendrais que peu de temps. Mais parceque je le trouvais un peu cul-cul la praline. Mais je me suis dit “de toutes façons, je trouve toujours que c’est culcul la praline, y compris les affirmations positives”.

Sélectionnez ou écrivez un discours d’encouragement agréable. […]

Je m’y suis donc collée. Au départ au crayon, et puis finalement je l’ai tapé, histoire d’avoir quelque chose de propre. Je me suis appliquée. J’ai choisi, cherché mes mots. Refait des phrases. Je l’ai ensuite collé dans mon cahier d’exercices. Et bien, ce fut un moment génial ! Ca fait du bien de voir certaines choses noir sur blanc. Surtout pour quelcun qui comme moi a la critique plus que facile envers elle-même. Et qui accepte si difficilement les compliments. Qui ne pense jamais les mériter.

Exercice 8 – Vies Imaginaires
Si vous aviez 5 autres vies à mener, que feriez-vous dans chacune d’elles ? […]
Pas de problème pour cet exercice !  Un exercice plus qu’amusant dans lequel la touche-à-tout que je suis n’a eut aucun mal à se projeter… 5 vies seulement ?

  • Danseuse, quelque part dans les balkans
  • Guérisseuse
  • Explorateur botaniste
  • Moine copiste enlumineur quelque part en Irlande ou en Ecosse
  • Alchimiste, astronome au moyen âge, quand il y avait plein de choses à essayer et à expérimenter…

Art_Journal_Tissus_TziganeSi j’avais eut une vie d’explorateur botaniste…

Exercice 9 – Travail sur les affirmations et les propos impulsifs
Un travail fort intéressant. Même si l’incontournable Technique de Visualisation Créatrice, j’avoue que je ne me suis jamais collée de manière un peu sérieuse et assidue aux affirmations positives. Et bien, une fois de plus j’ai eut tord, ou peut-être était-ce pour me protéger de tout ce qui n’a pas tarder à surgir de mon pauvre esprit blessé. Car oui, ça a l’air bête. Pourtant, dans les affirmations que j’ai choisies il n’y a rien qui ne soit vraiment vrai. Qui ne soit impossible, au contraire. mais à peine j’ai pris mon stylo que les “ben voyons”, “surement oui”, “enfin, si tu crois qu’on t’as attendue pour ça”, “du talent?”, “de l’originalité?”, “mais tu te prend pour qui?”… Et j’en passe et des meilleures…
Bref, je vais un peu plus encore taquiner l’affirmation positive dans les jours qui viennent

%d bloggers like this: