Semaine 2 – Retrouver le sentiment d’identité – Part IV

Exercice 4 ~ Liste de 20 choses que l’on aime faire

Un grand classique aussi, mais qui fait toujours du bien. J’ai des périodes. Des périodes pour certaines activités. Et d’y penser parfois, je me dis forcément, mais oui, tiens, pourquoi je ne m’y remet pas? Et c’est reparti…

Donc, en vrac…

  1. Des conserves, des macérations, des grandes préparations annuelles – ça rythme mon année
  2. Tricoter
  3. Apprendre des nouvelles langues, surtout les bases…
  4. Danser
  5. Modeler, sculpter, pyrograver (pas fait depuis???)
  6. Écrire des lettres manuscrites aux personnes qui me sont chères.
  7. Faire du yoga (d’ailleurs…)
  8. Lire des BDs
  9. Écouter de la pop british – j’adore la pop british.
  10. Aller à la bibliothèque
  11. Tirer les oracles
  12. Mettre des bougies (rigolo, c’était même un de mes rêves d’il y a deux jours)
  13. Faire de beaux autels
  14. Chanter, chantonner, sans aucun but précis, ni pour composer ni pour analyser.
  15. Tenir un journal
  16. Faire de la décoration dans la maison
  17. Faire du savon
  18. Coudre
  19. Zoner sur Internet
  20. Regarder les vitrines sans rien acheter

Exercice 5 ~ Choisir 2 activités que l’on a évité de faire

Allez… the winners are n°5 and n°7

Art_Journal_Fond_Bleu

Pas mis dans la liste… faire des fonds, étaler des couleurs…

Semaine 1 – Retrouver le Sentiment de sécurité – Part III

Les exercices de la semaine… C’est que le programme est tout de même assez chargé !

Exercice 1 : Les pages du matin

Pour le moment je m’y tient. Je ne le fait pas toujours dès le saut du lit, j’essaie de le faire au plus tard dans l’heure qui suit, en buvant mon café ou mon thé. J’essais de les faire le plus vite possible. Je l’ai déjà dit, mais je suis complètement addict !
Je sais juste qu’à un moment il faudra les relire, et là, je me dit, non ! ! ! Tout ça ? ? ? Mais combien de temps ça va me prendre?

Exercice 2 : Le Rendez-vous d’Artiste
Je ne l’ai pas encore fait. Aujourd’hui très certainement. Mais je ne sais pas encore vers où aller. Julia Cameron cite des petits plaisirs à s’offrir et que l’on fait seul. Bon, j’avoue que je suis du genre à me faire plaisir ! Il n’en a pas toujours été ainsi, mais depuis quelques années bien compris que si moi-même je ne prenais pas soin de moi et de mon amour-propre, personne ne le ferais. Mon cher et tendre un peu, mais il fallait que j’apprenne à m’aimer suffisamment pour que lui-même continuer à m’aimer. Du coup, je ne sais pas encore trop ce que nous allons pouvoir faire ensemble ? Je pense que je vais l’interroger au pendule

En fait, je crois que je suis aussi intimidée. Et que j’ai peur. De quoi? Mais de passer deux heures dans l’intimité de on artiste intérieur. Et s’il m’en voulait de ne pas lui consacrer assez de temps?

Exercice 3 : Voyage dans le temps : citer les ennemis de votre créativité
Un exercice bien intéressant ma foi, et fort instructif… Quelle liste !
Et en la faisant, je me rend compte que les choses ne sont pas aussi “simples” qu’on veut le penser parfois. Il n’y a pas que les parents et la famille. ce serait trop simple en effet.
En dressant cette liste, je me rend compte qu’il y a des choses qui datent de mon enfance, et des évènements plus récents. Les petits évènements, remarques mal placées et désobligeantes de mon enfance, même si elles marquent sont souvent le fait d’inattention. Les gens ne pensent pas forcément à mal, mais ne font pas attention au fait que leur propos auront. Même lorsqu’il s’agit d’instits. Assez fou de penser que des adultes puissent travailler avec des enfants et ne pas se rendre compte que parfois ils n’essaient pas de se rendre compte des effets de leurs paroles. Il est vrai que mes classes de primaire datent des années 80. Mais j’ai aussi eut de très bons instits.
A l’âge adulte, dans mes monstres, il y a deux profils types qui se dégagent : les jaloux parce qu’ils savent qu’ils n’ont pas le niveaux, et les frustrés et complexés qui n’exploitent pas leur talent.

Exercice 4 : Voyage dans le temps : une histoire d’horreur !
Et bien j’en choisi une qui date de la maternelle. Choisi, ou elle s’est choisie toute seule. Des années que je l’avait oubliée cette vieille histoire… mais qui est plus que riche en enseignement.

A l’époque je ne parlait pas encore très bien français, ce n’est pas la langue que nous parlions à la maison. Après-midi peinture, sur des grandes feuilles au mur, un luxe que je n’avais jamais à la maison, et même de la vraie peinture ! Mais avant de commencer, la “maîtresse” demande à chacun ce qu’il va dessiner/peindre. Je voulais faire un immeuble. C’est bête, mais j’en avais vu un quelques jours auparavant pour la première fois. Enfin, 4 étages, c’était pas les grattes-ciels de New York, mais moi qui n’avais vu que des maisons de village ça avait de quoi m’impressionner. Toutes ces fenêtres, et c’était haut ! Je m’applique. Je crois que c’était même assez réussi.
Mais voilà qu’arrive le monstre derrière moi, qui me houspille devant toute la classe! “C’est ça un Pré ? Venez voir! Elle avait dit qu’elle peignait un pré et en fait c’est un immeuble! C’est ça que tu appelle un pré dit?”. Ben non! Espèce de maîtresse nulle ! Je te dit que c’est pas un pré c’est un immeuble que je voulais faire. Et c’est un immeuble d’ailleurs. Bon, c’est pas de ma faute si tu comprend pas ce que je dis ! Après tout moi je te comprend bien (au passage, ça y est, je sais que ce que j’appelais “prèdio”, dans ton langage à toi c’est “immeuble”). Je me doute bien qu’il y avait bien un aspect pédagogique à la démarche. Mais c’est un peu une vison de la pédagogie que je ne partage pas. Où est le plaisir? Ou est la spontanéité? Et être punie (si!!!! au coin!!!!), juste pour ça?

Ma conclusion: ce n’est pas ce que l’on vit qui compte, mais la façon dont on le vit !
Bref, un exercice qui me fait sourire, mais je vois bien que je peux encore le creuser.

Semaine 1 – Retrouver le Sentiment de sécurité

Quelques réflexions sur cette première semaine…

Les Artistes Fantômes
Julia Cameron nomme Artistes-Fantômes ceux qui n’assument pas d’être artistes, et qui vivent leur vie artistique par procuration. Au travers des créations des autres artistes. Ces personnes se tournent en général vers des carrières en lien avec le domaine artistique, mais sans créer elles-mêmes.

J’ai été certainement à plusieurs reprises tentée de devenir un “artiste-fantôme”. Ma principale excuse était l’argent bien sûr. Alors qu’en y regardant de plus près, ce que je faisait ne me permettait pas d mieux vivre pour autant. Et puis, je ne suis pas peu fière d’avoir su dire stop. Je me suis assez vite dit que si j’avais quitté une certaine orientation professionnelle qui me permettait d’être vraiment à l’aise financièrement, ce n’était certainement pas pour faire les choses à moitié.

C’est assez insidieux, mais en réfléchissant je pense que parfois certains artistes se servent aussi des “Artistes-Fantômes” en tant que faire valoir, pour avoir une équipe dévouée à leurs côtés aussi. Régulièrement, on tente de me replacer dans ce rôle là. De moins en moins il est vrai. Auparavant, ce genre de situations me remplissait de nouveaux de doutes, je me disait que certainement si ce n’était que pour cela que l’on faisait appel à moi, peut-être n’avais-je pas autant de talent que je pensais en avoir. Et puis, tel l’Aigle, j’ai regardé les choses d’en haut. Je me suis dit que si moi-même je n’étais pas sûre de la valeur que je pouvais avoir, comment les autres le pourraient-ils? Et ma voix est de plus en plus ferme et de plus en plus claire lorsqu’elle répond que non, non, ce n’est pas mon métier.

Chemin

Protéger notre Enfant Artiste Intérieur
Oui, bien sûr. En lisant cela paraît évident qu’il vaut mieux ne pas se confronter trop rapidement aux critiques des autres. Mais là je sens bien quelques réticences chez moi.

Je suis d’une nature tellement peu sûre de moi, que je fais partie de ceux qui justement attendent des années et des année d’être sûrs d’être à la hauteur. Pas seulement une forme de perfectionnisme. C’est plutôt que j’aime savoir que je suis légitime à la place que je revendique. Faire les choses devant des amis est une chose. Pour un public en est une autre. Et souvent je constate que les choses ne sont pas aussi simples. Par respect pour le public justement, mais aussi pour mon propre plaisir, j’aime que les choses soient au moins “présentables”. Or les autres ne le pardonnent pas forcément. Combien de retours de manivelle n’ai reçus, parce que l’on interprète cette timidité et ce perfectionnisme comme de la supériorité et une attaque directe contre ceux qui n’ont pas le même degré d’exigence.

Je n’ai pas encore totalement réussi à concilier tous ces aspects. La solution qui me convient le mieux est celle de faire la sourde oreille. Ne pas entendre ce que disent les autres, ne pas chercher à avoir leur approbation, et ne pas me sentir atteinte par les critiques.

Votre ennemi intérieur : Convictions Négatives élémentaires

Julia Cameron cite Joseph Chilton Pearce :
” Pour vivre une vie Créative, il ne faut plus craindre d’avoir tord.”
C’est bien là une de mes principales limitations…

Croire que je n’ai pas ma place, que je n’aurais rien à dire, rien à apporter. Et bien bien sûr la peur et l’angoisse d’être confrontée à la critique. La peur du refus. la peur d’avoir l’air bête aussi.

Croire aussi qu’il est trop tard. Que j’aurais du commencer plus jeune. Que je n’aurais pas le temps. Le temps avant quoi d’ailleurs ? De mourir ? De vieillir ? Une fois de plus mon intellect sait bien qu’il n’en est pas ainsi, mais mon inconscient refuse de l’admettre et émet toujours des réserves.

Pour y remédier ? Les bonnes vieilles affirmations Positives ! J’avoue que je n’ai jamais été suffisamment assidue avec mes affirmations positives pour pouvoir vraiment en tester les effets. Je suis en général plus à l’aise avec ce qui a trait à la visualisation créatrice. Je vais un peu travailler la dessus, ça rejoint un peu le blocage que je sens concernant les mots… Et j’y reviendrais très certainement.

boulot

Par 4 Chemins # III – Souvenir d’Enfance

Première réaction en découvrant le thème de la semaine : Ouh la la ! Pas facile à priori. Et pourtant, en l’espace d’une seconde, ce souvenir est revenu à moi. De la musique. Ma première émotion musicale. Ce moment précis restera à jamais gravé dans ma mémoire, j’avais 7 ans. Je me rappelle de l’endroit, de la lumière, je peux encore sentir la chaleur du soleil sur ma peau, la poussière, les autres sons, les odeurs, et surtout ce sentiment de grâce incroyable. Ce sentiment que dans le fond rien n’avait d’importance que la musique. C’est à ce moment précis que j’ai su que la musique ferait partie à tout jamais de ma vie, que d’une façon ou d’une autre je serais musicienne, alors que pourtant je venais d’une famille qui n’en écoutait jamais.

Assez de préliminaires ! C’est donc une page de journal faite en musique…

4_Chemins_3_Enfance_Sofiah_1

Ce que j’ai cherché à représenter :

La lumière de ce jour là, la poussière, puis l’impression, la certitude de faire partie du Grand Tout. Du blanc, que j’ai essayé de texturer en y mélangeant des paillettes assez grosses. Ensuite j’ai pensé rajouter du rouge ou des flammes pour le feu qui brûle en moi. Et finalement j’ai ajouté des tâches, certaines à la brosse, d’autres au doigt. J’ai principalement utilisé de l’acrylique, un peu de craies grasses aussi.

4_Chemins_3_Enfance_Sofiah_2

Et au final ?

Au final, ce type de passion est certainement parfois aussi destructrice, une petite tâche en plein sur le cœur est là aussi pour le rappeler. Je ne suis pas mécontente de mon blanc texturé, qui vous n’en doutez pas, ne rend que difficilement en photo (j’ai essayé de scanner aussi, mais c’était encore moins clair). J’ai aimé faire cette page, tenté de capturer cette lumière, ce sentiment. J’ai aimé me représenter aussi. Mais ce que j’ai l’air sérieuse ! ! !  Et je l’étais d’ailleurs aussi. Comme dépassée par toutes ces émotions que je ne connais pas. Le Rouge prend beaucoup plus d’importance que je ne le pensais au départ. Comme quelque chose qui bouillonne et qui fini par déborder. J’ai aimé mettre sur le papier ce moment qui ne fut que le mien pendant des années mais qui fut bien déterminant. J’ai aimé mettre la main à la pâte !

Mais : il faut vraiment que je trouve du gesso quelque part en ville, ça me limite vraiment trop au niveau des textures !

Mais… quelle est donc cette musique alors ?

http://www.dailymotion.com/swf/video/x3t30

Pourtant, j’ai pas cherché à faire de l’illustration de la chanson, mais il y a quand même un lien certain…

Et chez les autres ?

3_SouvenirDEnfance_NolwennP4C_03_Souvenir_denfancesmallCamilleBluevaliel

De la gauche vers la droite : Nolwenn, Aegiale, Camille, Blue, Valiel (les liens sont sur les images)

Par 4 Chemins c’est quoi ? C’est par ici en tous cas…

Par4Chemins_LogoFR

%d bloggers like this: