Semaine 2 – Retrouver le sentiment d’identité – Bilan

Même si ma troisième semaine touche presque à son terme (et oui !), je vais prendre un peu de temps pour faire un petit bilan, remettre le nez dans les notes de cette secondes semaine qui pour moi fut vraiment très riche.

Contrôle de la semaine donc.

Pages du matin

Je les aimes de plus en plus. J’ai réussi à les faire tous les jours, même lorsque je n’étais pas chez moi. Et c’est un véritable challenge. J’ai l’impression qu’elles accueillent de plus en plus mes rêves, ma réalité en devenir. Cette semaine, j’ai l’impression que j’y ais pas mal disserté sur des échec passés, sur des échecs que je n’avais pas digérés, dans lesquels je ne voulais pas reconnaître ma part de responsabilité. Responsabilité qui ne se situe pas au niveau de la culpabilité, mais plutôt dans le fait que je me suis bien des fois mise plus ou moins délibérément dans des situations qui allaient me mener à l’échec. Notamment en ne choisissant pas des personnes suffisamment fiables.

Rendez-vous d’Artiste

Et bien pour le rendez-vous de cette semaine, ça fait un moment que je traînais des pieds pour passer à la bibliothèque française. Il faut dire qu’elle n’est pas bien grande, et n’offre que peu de choix, moi qui aime tant les bibliothèques. Ca peut sans doutes sembler un peu étrange pour un rendez-vous d’artiste. Mais il faut dire que je sors déjà tellement, que ce dont mon artiste a aussi besoin, c’est de calme, d’ambiances feutrées, de repères. J’ai toujours aimé les livres, les rayons de livres, l’acoustique si particulière des bibliothèques, combien de fois n’ai-je rêvé de m’y faire enfermer ? J’avais donc bouclé deux bonnes heures pour y rester zoner, fouiner, chercher, découvrir. Histoire de ne pas juste passer chercher ce dont j’ai besoin, et zaou ! Et j’ai fait quelques découvertes vraiment intéressantes.

A propos des affirmations positives

J’ai donc fait mes affirmations positives toute la semaine. Quelque part je me dis que si je passe parfois autant de temps à ressasser les “tu n’es pas à la hauteur” et j’en passe, pourquoi serait-il si ridicule de faire le contraire ? Et si moi-même je n’y crois pas suffisamment pour y consacrer quelques minutes par jour, pourquoi l’Univers devrait-il s’y intéresser ? Pourquoi d’autres devraient-ils me soutenir ?

Sur le Mérite

Cette semaine fut aussi très douloureuse, vraiment, c’est le mot. devoir lutter contre moi-même pour juste accepter. Accepter que des personnes puissent être bonnes envers moi, me sortir de situations abracadabrantes sans rien demander ou attendre en retour. Mes pages du matin m’ont une fois de plus bien aidée. Je ne pensais pas avoir encore autant de blocages à dépasser de ce côté là. mais les faits sont là, je n’accepte que très difficilement que l’on m’aide, me complimente. C’est vraiment une lutte intérieure à chaque fois. Quand je demande de l’aide, et au moins je n’ai pas cette névrose-là, c’est différent. Je garde le contrôle.

Et pourquoi ? “Après tout ce que j’ai fait pour toi”. C’est fou que cette phrase entendue pourtant des centaines de fois dans la bouche de me mère ne me revienne que maintenant. Mieux vaut tard que jamais. Comme quoi, les programmation les plus simples et les plus directes sont aussi les plus simples.

Bilan de cette 2ème semaine

L’objectif était de “se définir soi-même”.

“Peut-être vous surprendrez-vous à dessiner de nouvelles frontières et à vous approprier de nouveaux territoires puisque vos besoins, vos désirs personnels et vos intérêts vont s’affirmer.”

Même si j’étais déjà sur cette voie-là, j’affine, j’affirme d’autres désirs. J’ai repris mes crayons t mes couleurs au départ pour me vider la tête, pour me changer les idées. Parceque j’avais besoin d’une activité créative en dehors de toute sphère professionnelles. Je sens de plus en plus que la musique est vraiment loin d’être incompatible avec d’autres formes d’art, même chez moi. Pourtant ado, j’ai souvent été à contre courant, en poursuivant plusieurs voies de front. Contre l’avis général d’ailleurs. Et ensuite ? Il faut croire que j’ai perdu de ma fougue. Que peut-être à un moment donné, j’étais fatiguée de toujours lutter pour avoir juste le droit d’essayer de devenir qui je voulais être. Comment retrouver mes certitudes et la force de suivre ce que me dicte mon cœur et mon instinct?

Kesako Libérez Votre Créativité ? Un petit bouquin (ici chez Amazon) de Julia Cameron, format poche, pas cher, mais qui m’est déjà cher…

Un autre résumé de la semaine#2 chez Chry, ici.

Advertisements

Semaine 2 – Retrouver le sentiment d’identité – Part V

Exercice 6 ~ Affirmations positives

Replongez dans la semaine 1 et lisez les affirmations. Notez celles qui ont déclenché le plus de réaction en vous. […]Écrivez 3 affirmations choisies 5 fois par jour dans vos pages du matin.

Je n’en suis pas encore à la fin de la semaine, mais j’ai choisi les affirmations (4 en fait), j’essais de le faire régulièrement dans la journée, mais autant dire que revenir à son cahier 5 fois dans la journée, j’ai pas réussi. Mais j’y pense dans la journée. Je me les passe dans la tête, et je les écrits en 1 ou 2 fois.

J’ai vraiment envie d’essayer de creuser cette histoire d’affirmations positives.

Exercice 7 ~ Encore des vies imaginaires !

Moi qui trouvais que 5 ce n’était pas assez !

  • Révolutionnaire
  • Peintre d’icônes religieuses ou d’ex-voto
  • Danseuse sacrée indienne
  • Grand couturier
  • Physicienne

Le but est bien de faire surgir des envies… des envies j’en ai plein moi…

Exercice 8 ~ Gâteau de Vie

Je l’ai griffonné dans un coin de mon cahier en lisant l’exercice. Mais je n’ai pas été transcendée par cet exercice. Il vise peut-être à voir dans quels domaines de sa vie on n’est pas satisfaits, mais pourquoi 6 domaines?

Semaine 1 – Retrouver le Sentiment de sécurité – Part V

Suite et fin des exercices de la semaine 1 ! En fait ma semaine 2 est déjà bien entamée…

J’ai sauté l’exercice 5, faut dire que tous les faire, ça commence vraiment à prendre du temps

Exercice 6 – Voyage dans le Temps
Citer des personnes qui soutenaient votre amour-propre créatif.

Et bien ça paraît bête, mais j’ai eut extrêmement de mal à en citer même un seul. Et ce n’est pas faute d’avoir chercher pourtant. Peut-être est-ce parceque petite j’étais aussi plutôt douée à l’école, c’est plutôt ce que l’on retenait de moi. Pourtant, j’adorais déjà la musique et créer des choses; Danser. Peindre. Mais même si mes camarades eux trouvais toujours que mes dessins valaient le détour, ce n’est pas ce que mon entourage retenait de moi.

Exercice 7 – Voyage dans le temps II

Au départ, je pensais le zaper. Pas par manque de temps – je pensais d’ailleurs qu’il ne prendrais que peu de temps. Mais parceque je le trouvais un peu cul-cul la praline. Mais je me suis dit “de toutes façons, je trouve toujours que c’est culcul la praline, y compris les affirmations positives”.

Sélectionnez ou écrivez un discours d’encouragement agréable. […]

Je m’y suis donc collée. Au départ au crayon, et puis finalement je l’ai tapé, histoire d’avoir quelque chose de propre. Je me suis appliquée. J’ai choisi, cherché mes mots. Refait des phrases. Je l’ai ensuite collé dans mon cahier d’exercices. Et bien, ce fut un moment génial ! Ca fait du bien de voir certaines choses noir sur blanc. Surtout pour quelcun qui comme moi a la critique plus que facile envers elle-même. Et qui accepte si difficilement les compliments. Qui ne pense jamais les mériter.

Exercice 8 – Vies Imaginaires
Si vous aviez 5 autres vies à mener, que feriez-vous dans chacune d’elles ? […]
Pas de problème pour cet exercice !  Un exercice plus qu’amusant dans lequel la touche-à-tout que je suis n’a eut aucun mal à se projeter… 5 vies seulement ?

  • Danseuse, quelque part dans les balkans
  • Guérisseuse
  • Explorateur botaniste
  • Moine copiste enlumineur quelque part en Irlande ou en Ecosse
  • Alchimiste, astronome au moyen âge, quand il y avait plein de choses à essayer et à expérimenter…

Art_Journal_Tissus_TziganeSi j’avais eut une vie d’explorateur botaniste…

Exercice 9 – Travail sur les affirmations et les propos impulsifs
Un travail fort intéressant. Même si l’incontournable Technique de Visualisation Créatrice, j’avoue que je ne me suis jamais collée de manière un peu sérieuse et assidue aux affirmations positives. Et bien, une fois de plus j’ai eut tord, ou peut-être était-ce pour me protéger de tout ce qui n’a pas tarder à surgir de mon pauvre esprit blessé. Car oui, ça a l’air bête. Pourtant, dans les affirmations que j’ai choisies il n’y a rien qui ne soit vraiment vrai. Qui ne soit impossible, au contraire. mais à peine j’ai pris mon stylo que les “ben voyons”, “surement oui”, “enfin, si tu crois qu’on t’as attendue pour ça”, “du talent?”, “de l’originalité?”, “mais tu te prend pour qui?”… Et j’en passe et des meilleures…
Bref, je vais un peu plus encore taquiner l’affirmation positive dans les jours qui viennent

Semaine 1 – Retrouver le Sentiment de sécurité – Part II

Suite de mes réflexions d’hier en ce qui concerne la lecture de la semaine 1. J’ai continué hier à me questionner sur les “convictions négatives” que je pouvais avoir à mon propre sujet.

Votre ennemi intérieur : Convictions Négatives élémentaires

Et bien je crois que j’ai un peu de mal à reconnaître en avoir, des convictions négatives. Comme si elles étaient une faiblesse. Tout est question d’éducation, d’environnement, de codes sociaux. Dans les cultures anglo-saxonnes, un peu d’auto-critique ne fait pas de mal et est au contraire bien perçu. En France, je pense que c’est un peu différent. Le simple fait d’admettre que l’on a eut tord c’est bien souvent “donner le bâton avec lequel on va se faire battre”. On n’aime pas nécessairement entendre des autres quelles sont leurs erreurs, on se sent pris au piège. “Quoi? Faut-il a mon tour que j’admette des torts?”. C’est presque pris comme un signe de supériorité. Oser admettre que l’on a le droit de se tromper.

Du coup… Non, il ne faut rien laisser paraître, tout va bien, je maîtrise tout, je contrôle tout, je n’ai pas besoin d’aide, je sais comment faire ! Alors qu’en réalité mon corps et mon âme se crispent Tu ne doit pas te laisser aller, tu n’as pas le droit de te tromper, tu n’as pas le droit d’être faible, tout doit être parfait.
Et la meilleure façon d’être sûre de ne pas me tromper n’est-elle pas de ne rien faire ?
Aïe, aïe, aïe !!!

DSC_0213

L’allié qui est en vous : armes affirmatives

J’ai bien lu des choses tentantes concernant les affirmations positives (l’incontournable Shakti Gawain ou même chez Denise Linn).
Mais souvent je passe un peu rapidement sur ces exercices. “Oui, bon, oui, d’accord, je suis géniale”. Forcément ça ne mène pas bien loin. Cette fois-ci j’ai essayé de faire l’exercice tel que présenté. C’est à dire que j’en ai retenu une première  affirmation, et je l’ai copié. Copiée et recopiée à la main. Vite à certains moments, plus lentement et en m’appliquant à d’autres. Et que comme l’auteur le prédisait, les réactions de rejet de mon “censeur” ne se sont pas faites attendre.

Mais en même temps que la voix de mon censeur, j’entends aussi la voix de mon cœur et de mon âme, et j’ai au fil des recopiages modifié ma première affirmation pour qu’elle soit de plus en plus précise.

Au fil de l’écriture une autre affirmation, une autre d’une simplicité tellement réconfortante est venue à moi. Et elle me fait du bien celle-là. Elle balaye pas mal d’objections, qu’il s’agisse des miennes ou de celles des autres. Je suis unique et ma voix est unique. entre apaisement et excitation, je me sens comme un torrent au printemps, un torrent qui découvre sa puissance, qui découvre qu’il peut traverser des montagnes, et même les façonner !

Julia Cameron recommande d’utiliser les affirmations après les Pages du Matin, je vais m’y mettre dès demain.

DSC_0215

“Trop souvent c’est l’audace et non le talent qui conduit l’artiste sur le devant de la scène”


Semaine 1 – Retrouver le Sentiment de sécurité

Quelques réflexions sur cette première semaine…

Les Artistes Fantômes
Julia Cameron nomme Artistes-Fantômes ceux qui n’assument pas d’être artistes, et qui vivent leur vie artistique par procuration. Au travers des créations des autres artistes. Ces personnes se tournent en général vers des carrières en lien avec le domaine artistique, mais sans créer elles-mêmes.

J’ai été certainement à plusieurs reprises tentée de devenir un “artiste-fantôme”. Ma principale excuse était l’argent bien sûr. Alors qu’en y regardant de plus près, ce que je faisait ne me permettait pas d mieux vivre pour autant. Et puis, je ne suis pas peu fière d’avoir su dire stop. Je me suis assez vite dit que si j’avais quitté une certaine orientation professionnelle qui me permettait d’être vraiment à l’aise financièrement, ce n’était certainement pas pour faire les choses à moitié.

C’est assez insidieux, mais en réfléchissant je pense que parfois certains artistes se servent aussi des “Artistes-Fantômes” en tant que faire valoir, pour avoir une équipe dévouée à leurs côtés aussi. Régulièrement, on tente de me replacer dans ce rôle là. De moins en moins il est vrai. Auparavant, ce genre de situations me remplissait de nouveaux de doutes, je me disait que certainement si ce n’était que pour cela que l’on faisait appel à moi, peut-être n’avais-je pas autant de talent que je pensais en avoir. Et puis, tel l’Aigle, j’ai regardé les choses d’en haut. Je me suis dit que si moi-même je n’étais pas sûre de la valeur que je pouvais avoir, comment les autres le pourraient-ils? Et ma voix est de plus en plus ferme et de plus en plus claire lorsqu’elle répond que non, non, ce n’est pas mon métier.

Chemin

Protéger notre Enfant Artiste Intérieur
Oui, bien sûr. En lisant cela paraît évident qu’il vaut mieux ne pas se confronter trop rapidement aux critiques des autres. Mais là je sens bien quelques réticences chez moi.

Je suis d’une nature tellement peu sûre de moi, que je fais partie de ceux qui justement attendent des années et des année d’être sûrs d’être à la hauteur. Pas seulement une forme de perfectionnisme. C’est plutôt que j’aime savoir que je suis légitime à la place que je revendique. Faire les choses devant des amis est une chose. Pour un public en est une autre. Et souvent je constate que les choses ne sont pas aussi simples. Par respect pour le public justement, mais aussi pour mon propre plaisir, j’aime que les choses soient au moins “présentables”. Or les autres ne le pardonnent pas forcément. Combien de retours de manivelle n’ai reçus, parce que l’on interprète cette timidité et ce perfectionnisme comme de la supériorité et une attaque directe contre ceux qui n’ont pas le même degré d’exigence.

Je n’ai pas encore totalement réussi à concilier tous ces aspects. La solution qui me convient le mieux est celle de faire la sourde oreille. Ne pas entendre ce que disent les autres, ne pas chercher à avoir leur approbation, et ne pas me sentir atteinte par les critiques.

Votre ennemi intérieur : Convictions Négatives élémentaires

Julia Cameron cite Joseph Chilton Pearce :
” Pour vivre une vie Créative, il ne faut plus craindre d’avoir tord.”
C’est bien là une de mes principales limitations…

Croire que je n’ai pas ma place, que je n’aurais rien à dire, rien à apporter. Et bien bien sûr la peur et l’angoisse d’être confrontée à la critique. La peur du refus. la peur d’avoir l’air bête aussi.

Croire aussi qu’il est trop tard. Que j’aurais du commencer plus jeune. Que je n’aurais pas le temps. Le temps avant quoi d’ailleurs ? De mourir ? De vieillir ? Une fois de plus mon intellect sait bien qu’il n’en est pas ainsi, mais mon inconscient refuse de l’admettre et émet toujours des réserves.

Pour y remédier ? Les bonnes vieilles affirmations Positives ! J’avoue que je n’ai jamais été suffisamment assidue avec mes affirmations positives pour pouvoir vraiment en tester les effets. Je suis en général plus à l’aise avec ce qui a trait à la visualisation créatrice. Je vais un peu travailler la dessus, ça rejoint un peu le blocage que je sens concernant les mots… Et j’y reviendrais très certainement.

boulot

%d bloggers like this: