Semaine 2 – Retrouver le sentiment d’identité – Bilan

Même si ma troisième semaine touche presque à son terme (et oui !), je vais prendre un peu de temps pour faire un petit bilan, remettre le nez dans les notes de cette secondes semaine qui pour moi fut vraiment très riche.

Contrôle de la semaine donc.

Pages du matin

Je les aimes de plus en plus. J’ai réussi à les faire tous les jours, même lorsque je n’étais pas chez moi. Et c’est un véritable challenge. J’ai l’impression qu’elles accueillent de plus en plus mes rêves, ma réalité en devenir. Cette semaine, j’ai l’impression que j’y ais pas mal disserté sur des échec passés, sur des échecs que je n’avais pas digérés, dans lesquels je ne voulais pas reconnaître ma part de responsabilité. Responsabilité qui ne se situe pas au niveau de la culpabilité, mais plutôt dans le fait que je me suis bien des fois mise plus ou moins délibérément dans des situations qui allaient me mener à l’échec. Notamment en ne choisissant pas des personnes suffisamment fiables.

Rendez-vous d’Artiste

Et bien pour le rendez-vous de cette semaine, ça fait un moment que je traînais des pieds pour passer à la bibliothèque française. Il faut dire qu’elle n’est pas bien grande, et n’offre que peu de choix, moi qui aime tant les bibliothèques. Ca peut sans doutes sembler un peu étrange pour un rendez-vous d’artiste. Mais il faut dire que je sors déjà tellement, que ce dont mon artiste a aussi besoin, c’est de calme, d’ambiances feutrées, de repères. J’ai toujours aimé les livres, les rayons de livres, l’acoustique si particulière des bibliothèques, combien de fois n’ai-je rêvé de m’y faire enfermer ? J’avais donc bouclé deux bonnes heures pour y rester zoner, fouiner, chercher, découvrir. Histoire de ne pas juste passer chercher ce dont j’ai besoin, et zaou ! Et j’ai fait quelques découvertes vraiment intéressantes.

A propos des affirmations positives

J’ai donc fait mes affirmations positives toute la semaine. Quelque part je me dis que si je passe parfois autant de temps à ressasser les “tu n’es pas à la hauteur” et j’en passe, pourquoi serait-il si ridicule de faire le contraire ? Et si moi-même je n’y crois pas suffisamment pour y consacrer quelques minutes par jour, pourquoi l’Univers devrait-il s’y intéresser ? Pourquoi d’autres devraient-ils me soutenir ?

Sur le Mérite

Cette semaine fut aussi très douloureuse, vraiment, c’est le mot. devoir lutter contre moi-même pour juste accepter. Accepter que des personnes puissent être bonnes envers moi, me sortir de situations abracadabrantes sans rien demander ou attendre en retour. Mes pages du matin m’ont une fois de plus bien aidée. Je ne pensais pas avoir encore autant de blocages à dépasser de ce côté là. mais les faits sont là, je n’accepte que très difficilement que l’on m’aide, me complimente. C’est vraiment une lutte intérieure à chaque fois. Quand je demande de l’aide, et au moins je n’ai pas cette névrose-là, c’est différent. Je garde le contrôle.

Et pourquoi ? “Après tout ce que j’ai fait pour toi”. C’est fou que cette phrase entendue pourtant des centaines de fois dans la bouche de me mère ne me revienne que maintenant. Mieux vaut tard que jamais. Comme quoi, les programmation les plus simples et les plus directes sont aussi les plus simples.

Bilan de cette 2ème semaine

L’objectif était de “se définir soi-même”.

“Peut-être vous surprendrez-vous à dessiner de nouvelles frontières et à vous approprier de nouveaux territoires puisque vos besoins, vos désirs personnels et vos intérêts vont s’affirmer.”

Même si j’étais déjà sur cette voie-là, j’affine, j’affirme d’autres désirs. J’ai repris mes crayons t mes couleurs au départ pour me vider la tête, pour me changer les idées. Parceque j’avais besoin d’une activité créative en dehors de toute sphère professionnelles. Je sens de plus en plus que la musique est vraiment loin d’être incompatible avec d’autres formes d’art, même chez moi. Pourtant ado, j’ai souvent été à contre courant, en poursuivant plusieurs voies de front. Contre l’avis général d’ailleurs. Et ensuite ? Il faut croire que j’ai perdu de ma fougue. Que peut-être à un moment donné, j’étais fatiguée de toujours lutter pour avoir juste le droit d’essayer de devenir qui je voulais être. Comment retrouver mes certitudes et la force de suivre ce que me dicte mon cœur et mon instinct?

Kesako Libérez Votre Créativité ? Un petit bouquin (ici chez Amazon) de Julia Cameron, format poche, pas cher, mais qui m’est déjà cher…

Un autre résumé de la semaine#2 chez Chry, ici.

About Sofiah
What is not there may become true and real if you put yout energy into it.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: