Semaine 2 – Retrouver le sentiment d’identité

Après donc cette première semaine passionnante pour moi, ou sont ressorties plein de choses, de souvenirs, de détails dont je ne soupçonnais même pas l’existence, je passe avec bonheur à la découverte de la semaine # 2. Le but de la semaine est de “se définir soi-même”dessiner de nouvelles frontières” “s’approprier de nouveaux territoires

1~ Devenir Sain d’Esprit Avoir confiance en soi. Tout un programme. Comme je le remarque souvent, ce qui paraît le plus simple est si difficile à mettre en pratique. Et pour celà… éviter la moindre “pensée toxique“, à travers notamment les affirmations positives. 2~ Camarades Pernicieux La créativité fleurit lorsque nous nous sentons en sécurité et lorsque nous nous acceptons.(page 85) Donc, pour le sentiment de sécurité, c’était la semaine 1. Est-ce que je me sens plus en sécurité à présent ? Pas encore totalement. Mais je sens que j’ai le droit et le devoir de me protéger, et que c’est possible de se protéger. C’est déjà pas si mal. Mais s’accepter ? M’accepter ? Je suis loin de ne pas m’aimer, c’est sur. Mais de là à accepter que je puisse aller si facilement vers mes rêves ? Que je le mérite ? Soyons particulièrement vigilants à propos de toute remarque relative à votre égoïsme ou à votre changement. […]Il est facile de manipuler les artistes bloqués en faisant agir la culpabilité. (page 87) Ce n’est pas tout à fait d’actualité, mais justement dans mes pages du matin de ces derniers jours (certainement parceque j’avais déjà lu à plusieurs reprises ce chapitre), plusieurs épisodes sont revenus à ma mémoire de périodes ou j’avais voulu aller de l’avant, d’occasions que j’avais ou j’aurais voulu saisir, mais ou les personnes avec qui je travaillais se sont littéralement mises en tête de me détourner de ces objectifs. Plus d’une bonne idée abandonnée parce que quitter son confort pour aller vers l’inconnu fait toujours peur. Parmis les bénéfices à rester un artiste bloquer, il y en a un que je connais fort bien, un compagnon de longue date. Celui de garder dans un coin l’excuse du “si je le faisais, je le ferais certainement mieux que lui/elle”; Et pourquoi est-ce que je ne le fais pas alors ? Elle est tellement confortable cette position ! 3~ Les Importuns Tyranniques Faudrait que je vérifie le texte original en anglais. En français je trouve que la formule n’est pas très heureuse, mais les exemples de sabotage de l’entourage que donne Julia Cameron sont plus que clairs et parlants. mais une fois de plus, il est tellement plus simple d’y voir clair dans un récit qui concerne d’autre que dans sa propre vie, son propre jeu. En fait, je dirais qu’il y a deux sorte de ces saboteurs. Ceux du même milieu artistique et l’entourage en général. Inutile de m’étaler la-dessus, dans ma vie ils ont été si nombreux, que j’ai presque l’impression d’avoir été un aimant à saboteurs toute ma vie ! Mes pages du matin se remplissent de tous ces souvenirs et épisodes qui me reviennent en mémoire. Presque de quoi en sortir un roman. Pour ceux de la première catégorie, la vraie question dans mon cas serait même de savoir si je m’entoure délibérément de personnes qui tenteront par la suite de saboter mon travail, ou si au départ tout n’est pas si simple, et si ce sont mes évolutions successives qui font que je dois évoluer sans eux ? Pour ceux de la deuxième catégorie, entre ma famille et celle de mon chéri, pas de doutes, c’est aussi bien d’un côté que de l’autre. Evidamment, je suppose que plus l’on fait des choix de vie un peu inhabituels, comme des déménagements, des choix professionnels parallèle, des reprises d’études, et plus les réactions sont violentes. La dernière en date ? La grand-mère de mon cher et tendre, qui, à force de caprices parce qu’elle ne voulait ni vivre seule, ni chez sa fille, est en train de dilapider toutes ses économies dans une maison de retraite qu’elle a choisi, se plaint d’être seule, abandonnée, et bla bla bla… Juste au moment ou de notre côté nous faisons des projets de vie, juste au moment ou nous remontions la pente. Comme par hasard. De tentative de culpabilisation en maladies imaginaires, de manipulations en pseudos excuses, tout est bon. Peut-être ais-je un peu appris de mes erreurs passées ? Toujours est-il que cette fois-ci j’ai pris les devants, je suis mariée, mon mari est fils et petit fils unique, sa mère n’a pas des revenus fabuleux, mais il est absolument hors de question que cette histoire nous retombe dessus. D’autres solutions sont possibles, et je n’aurais aucun état d’âme à penser à mon bonheur d’abord. En fait, dans le domaine de ces saboteurs, j’ai l’impression que dès que je me débarrasse de l’un d’eux, un autre pointe le bout de son nez. Est-ce le cours normal des choses ? Ou est-ce moi qui inconsciemment laisse toujours cette place vacante pour que le saboteur suivant puisse s’y installer ? Enfin, je la laisse de moins en moins cette place, mais ils essaient quand même de s’incruster…

Art_Journal_La_Clef

De nouveaux territoires ? Explorer sous la surface ? Trouver la clef ? Kesako Libérez Votre Créativité ? Un petit bouquin (ici chez Amazon) de Julia Cameron, format poche, pas cher, mais qui m’est déjà cher… Un autre résumé de la semaine#2 chez Chry, ici.

About Sofiah
What is not there may become true and real if you put yout energy into it.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: